L’éducation thérapeutique repose sur la confiance , le plaisir , les compétences cognitives, émotionnelles et les histoires de vie de nos patients.

Les approches narratives , mettent le focus sur la métaphore littéraire. Michael White ,le fondateur des Pratique Narratives  considère que la vie est décrite en fonction de celui qui en fait le récit. C’est une histoire racontée par un narrateur. Cette conception introduit la notion de variable sur les histoires de vie.La maladie chronique est une variable de l’histoire de vie de nos patients . Elle les entraînent souvent sur des chemins  emprunts de métaphores de combat dans des histoires étroites. Problème de santé et identité sont confondues.

L’approche narrative par les conversations externalisantes permet d’objectiver le problème  . L’identité de notre patient n’est plus le problème et le problème est le problème. Le patient retrouve les clés pour une nouvelle réalité de vie. Le patient redevenant acteur de sa vie( concept de  narr Acteur  Mori & Rouan 2011) peut être accompagner vers le processus d’Encouragement et d’Accompagnement de l’Education Thérapeutique.

Les thérapies narratives présentent également l’avantage  de positionner le soignant dans une posture décentrée , influente. Le soignant prend des initiatives pour diminuer l’influence du problème.

Enfin ,je dirais que les thérapies narratives permettent de faire remonter en surface les compétences de « chaque un » à partir de ses propres expériences. Les soignés ont des histoires ressources que nous mobilisons à partir de conversations thérapeutiques pour les accompagner vers une ouverture du champ des possibles. C’est dans cette ouverture que l’envie de prendre soins d’eux pourra naître et que le climat sera favorable à leur santé et leur bien être.

En accompagnant le soigné avec des soignants dans des postures décentrés et de collaboration , la co-construction peut naître et prendre forme et sens.