Le management s’essouffle.

En effet, en qualité de coach,  j’interviens  sur des problématiques managériales : accompagner le client sur le chemin de la performance, de l’optimisation de ses compétences, vers une meilleure adéquation entre le travail réel et le travail demandé.

Ces demandes m’amènent à poser  la définition du management, terme d’origine anglo-saxon. Sa finalité est de mettre en place une organisation, un contrôle, une planification pour atteindre des objectifs en adéquation avec le projet de l’entreprise. Ces actes annexent, l’art de diriger des hommes afin d’obtenir une performance ajustée en terme de rendement, de potentialisation des moyens humains et matériels.

Amener notre client vers la réussite de son management  c’est le conduire vers des connaissances et techniques théoriques mais c’est essentiellement pour moi le guider sur le chemin du discernement, de la compréhension de ses actions.

Dans notre vie au quotidien, nous mobilisons nos capacités à comprendre, trouver le chemin de nos actes.  Les actes dépourvus de sens nous rendent  «  fous », nous font «  marcher sur la tête »,»partir en vrille ».Je citerais la célèbre assertion de Rémi Gaillard «  C’est en faisant n’importe quoi que l’on devient n’importe qui !». Et personne ne veut devenir n’importe qui, notre identité nous est précieuse, elle alimente notre estime de nous, notre confiance ne nous.

Le monde professionnel est aujourd’hui en souffrance car la compréhension de ce que nous faisons n’est plus prioritaire.

Les managers ne peuvent faire l’impasse du sens du travail sans risques d’assister à une inflation des risques psycho-sociaux. Les risques de dégradation des relations, de tension, de résistance au changement, les pertes d’identité, de repères, de motivation sont autant de phénomènes qui attestent de l’état d’urgence à modifier notre approche managériale.

Une organisation, ne se réduit pas à une structure, c’est avant tout des hommes et des femmes qui travaillent ensemble, développent des compétences interpersonnelles, intra personnelles et transversales.

Nous assistons à un management dépouillé de son sens où  le rendement, la productivité, les tableaux de bord prospectifs, l’amélioration continue, le calcul des coûts ont pris le pas sur la finalité  vers laquelle nous allons.

En qualité de coach, je dois guider mon client sur un chemin éclairé par les fondements et les finalités de ses actions. Manager par le sens ne se prescrit  pas, c’est un long  parcours d’apprentissage et d’accompagnement.

C’est accepter la position méta, la distanciation, le recul pour  poser ses actes en chapitre de sa propre réflexion.

Il y a urgence à accompagner les managers mais également l’ensemble des individus  à retrouver  les clés du «  SENS » de leurs actions afin qu’ils puissent  inscrire leur travail dans une direction collective  et réintroduire la coopération, et les espaces de délibération.

Pour retrouver le sens, il est indispensable d’accompagner son client vers un travail réflexif  c’est-à-dire à méditer vers le dessein de ses  actes et  le cadre de son exercice.

Le coaching du management par le sens permet de partir d’une véritable réflexion des missions, d’en reconnaître les finalités, d’en retrouver les objectifs, de développer, d’ajuster les compétences pour répondre aux nouvelles pratiques professionnelles.

C’est une histoire de compétences en inter relation avec des comportements.

Le management linéaire, de l’objectif à son implication est obsolète, il doit laisser la place à la causalité circulaire Phénomène de boucle : Action A sur B et sur A).

Cette approche du travail repose essentiellement sur la théorie des systèmes qu’elle définit comme un ensemble d’élément en interaction tels qu’une modification quelconque de l’un d’entre eux entraîne une modification de tous les autres. C’est une approche conceptuelle qui s’appuie sur l’histoire de la personne, de son environnement familial, professionnel et social. Elle s’intéresse à l’interaction entre la personne et son environnement, qui lui-même est en perpétuel mouvement. L’intérêt se porte sur la façon dont les faits se déroulent et s’harmonisent.

Les acteurs de tout système ont besoin de s’approprier, parfois juste par une reformulation, le sens des actions dans lesquelles ils sont impliqués.

Devant la complexité de l’environnement économique, social, familial, l’évolution des mentalités, des croyances, la place de l’activité professionnelle dans la vie des individus, le déploiement des multi médias, la montée de l’individualisme, de l’incertitude de l’avenir et des enjeux budgétaires, le sens de l’activité professionnel est questionné.

Pour diminuer les risques psycho-sociaux, la souffrance au travail ,optimiser la motivation, la performance il y a urgence à ce que les services des ressources humaines intègrent l’accompagnement des managers vers de nouvelles pratiques professionnelles qui vont permettre de considérer la dimension humaine au centre du processus managérial. On ne peut faire l’impasse du vivant dans toute pratique.

Un changement d’organigramme peut se décréter mais il ne sera efficient que si les hommes et les femmes qui le composent assimilent le sens de leur travailler ensemble.